L’île de Pâques: Rapa Nui

Nous quittons le continent Sud américain , 5h30 de vol nous sépare de l’île de Pâques, ainsi nommée car découverte un dimanche de Pâques . Elle est rattachée au Chili depuis 1888.


L’isla de pascua fait partie du triangle polynésien, d’ailleurs les habitants se sentent plus polynésiens que Chiliens.
Ils appellent leur île : le nombril du monde, cette île est perdue au milieu du Pacifique à 3700 kilomètres des terres.
Pour atterrir, les ailes de l’avion frôlent les collines bordant l’unique piste d’atterrissage.
A notre arrivée, la chaleur et l ‘humidité se font tout de suite ressentir. Nous sommes accueillis par Rose-Marie avec des colliers de fleurs de bougainvilliers.


A peine, le logement présenté, elle nous emmène à la fête de la langue Rapa Nui où toutes les écoles présentent des danses en costumes traditionnels, des chapiteaux présentant des créations d’enfants qui montrent la culture de l’île.


Il n’y a que 2 heures de décalage avec le Chili mais les enfants sont faim, on part à la quête de nourriture, des habitants nous offriront quelques petites choses à grignoter mais comme cela ne suffit pas à calmer la faim de notre tribu , nous nous rapprochons d’un stand, et la femme qui le tient , parle français couramment, nous apprenons qu’elle a passé 10 ans en France et que ces trois enfants sont français et le dernier à 9 ans.
Aussitôt, Jules sympathise avec Kakapa.

 

Ils se baignent ensemble dans une piscine naturelle , première baignade depuis le Mexique..


Comme il est convenu que Kakapa nous accompagne le lendemain dans la découverte de l’ïle et des moaïs, nous cherchons donc sa maison le lendemain.
Sa maman, Pepe, nous attendra sur la plage de l’autre côté de l’île pour un pique-nique-barbecue de poissons…
Le site le plus proche de Hanga Roa est Tahai, une partie de ces moaïs a été rénové dont certains par Le grand-père de Pepe, surnommé Kakapa.


Nous continuons en direction de Akahanga où les moaïs sont tombés et ont glissé. On peut voir les coulées de lave qui ont durcit au contact de l’eau de mer.

 


L’île de Pâques est une île volcanique : 2 volcans : Rano Raraku et Rano Kau.

Puis nous allons à Rano Raraku pour observer la carrière où étaient sculptées les statues, certaines sont à moitié enterrées, d’autres n’ont jamais été finies. Une statue était réalisée en mémoire de chaque personne importante qui décédait, ils mettaient environ 2 ans pour en faire une. Pepe nous explique qu’ils les faisaient rouler sur des rondins pour les déplacer , des légendes disent que ces statues étaient déplacées par la force de l’esprit, il y a encore beaucoup de mystère autour de géants.

 

La route continue en direction de Tongarki où 15 moaïs nous font face, un seul possède un chapeau, ils sont sur un piedestal et nous dominent de leur hauteur.

Un peu plus loin, au bord de la plage Anakena, d’autres moaïs portant des chapeaux se dressent sous le soleil au bord du sable blanc et des palmiers.


Nous passons une très agréable journée en leur compagnie ; le soir, nous avons réservé un spectacle de danse traditionnel , nous les rejoindrons après dans leur maison surplombant océan et moaïs.

   
Nous apprenons de nombreuses choses sur la façon de vivre des habitants de l’ïle, ils visent l’autonomie par rapport au Chili car ils possèdent de nombreuses richesses dont les bénéfices sont souvent pour le Chili.

 

Le deuxième jour, nous irons voir le site Puna Pau, c’est ici qu’ils sculptaient les chapeaux qui étaient fait dans une autre roche, plus rouge.


Nous irons voir également les seuls moaïs qui font face à la mer, ils se trouvent au milieu de la nature et surveillent l’horizon.


A la pointe de l’ïle, nous irons observer le cratère de Rano Kau ainsi que l’ancien village Orongo en bord de falaise.


La mer étant trop agitée, nous ne pourrons ni pêcher ni plonger.
Nous passerons 3 jours auprès de Pepe, Kakapa et Pablo, ils nous feront partager des moments chaleureux avec leur famille autour du feu et de quelques bières….

On nous invite à revenir, c’est le genre de promesse sur laquelle nous ne pouvons nous engager…
Nous quittons un peu trop tôt à notre goût cette ambiance et ces personnes, Pepe et Kakapa nous accompagneront à l’aéroport à destination de Papeete.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *