HUE

Quand tu vas au Viet Nam, tu dois passer à Hue…pour son côté historique sauf que nous le côté historique et bien cela ne nous passionne pas toujours…surtout quand la température ressentie est de 43 degrés…et que les enfants sont malades….et que moi- même j’aimerai rester dans mon lit.
Hué, l’ancienne capitale impériale du Vietnam de 1802-1945 occupe une place importante dans l’histoire vietnamienne. Elle était le centre politique, culturel et religieux du pays pendant le XIXème siècle. Hué est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993
Le fleuve Sông Hương (rivière des Parfums) la traverse et sépare la vieille ville au nord de la cité moderne au sud.

Bref , nous nous rendons comme il se doit à la Cité Impériale.
La Cité impériale de Hué s’inspire de l’architecture des palais impériaux chinois et est le seul exemple d’une ville impériale du Vietnam existant encore aujourd’hui.
Elle a été construite entre 1804 et 1833, sa structure fortifiée se compose de murs épais de 2 m et long de 10 km, il y a 10 portes.
Derrière les murs de 6 mètres de haut, on trouve la résidence de l’empereur, des temples et palais ainsi que des bâtiments d’Etat mais suite aux bombardements durant les guerres du Viet Nam et d’Indochine, seuls 20 des 148 bâtiments ont survécu ;
Le site est en cours de restauration, des travaux sont effectués en ce moment dirigés et payés en partie par l’Etat Français, c’est la moindre des choses….après avoir tout cassé…


La signalétique n’étant pas au top, nous sommes certainement passés à côté de nombreuses choses, heureusement Tata Murielle nous lisait quelques passages de son guide pour nous mettre dans le contexte… normalement, on peut mettre la demi-journée pour visiter l’ensemble, on se contentera de 2 heures…Camille nous attend à l’extérieur sous un arbre avec Jeanne qui est « au bout de sa vie »….
Le soir , nous ferons une très courte excursion sur la rivière aux parfums pour entendre des chants impériaux, heureusement cela est de courte durée, la mélodie et les voix sont très aigues. On pourra déposer une lanterne flottante sur l’eau et faire un vœu….

 

La rivière aux parfums est appelée ainsi car à l’automne, de nombreuses fleurs des arbres tombaient à la surface de la rivière et se faisaient emporter par le courant vers la ville et ainsi apportaient leur doux parfum.
Le lendemain , la chaleur est étouffante ( alors que l’Europe subit une vague de froid glacial), nous partons à trois faire du pédalo « Cygne », mais sur une rivière, il y a du courant et cela me fait les cuisses et j’ai encore plus chaud….Mais heureusement, notre logement ( assez sommaire ce qui explique son bas prix) a l’avantage de nous arroser le pieds en même temps que l’on se lave les mains, pas de perte de temps, on se rafraîchit les extrémités.


Nous prenons un taxi pour nous rendre à la Pagode de la « Dame Céleste », les autres sites étant fermés, nous ne verrons pas les tombeaux…( les enfants sont ravis….je crois qu’ils saturent des temples ou tout autres mausolées mais ce n’est pas fini…encore 4 mois en Asie…)
La pagode de la Dame céleste est la pagode la plus haute du Viêt Nam avec les six étages supérieurs de sa tour, dénommée « Source de félicité ».
Elle se trouve à Hué sur la colline Hà Khê à trois kilomètres de la citadelle de Hué et surplombe la rivière des Parfums. C’est un des symboles majeurs de la ville.

Selon la légende, une vieille dame apparut un jour en ces lieux et prédit que celui qui bâtirait une pagode sur cette colline fonderait une grande dynastie.
Une première pagode est donc construite en 1601, puis agrandie et réaménagée en 1665 sous le gouvernement de Nguyễn Phúc Tần.

   

Un petit tour par le marché pour voir toutes les couleurs et sentir toutes les odeurs…même si on se passerait de certaines…

Restaurants temporaires au bord de la rivière aux parfums……

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *