Sucre

En attendant le taxi…pour aller prendre notre bus.

 

 

 

 

Nous avons donc quitté La Paz dimanche en fin de journée pour Sucre, nous avons réservé un bus de nuit avec des sièges « cama » c’est-à-dire que nous sommes presque à l’horizontal, les enfants sont ravis….

Nous quittons La Paz…Les arrêts et le bazar commence….

Le voyage ne fut pas aussi plaisant que nous l’avions imaginé, nous étions à l’avant du bus avec vu sur la route ( au-dessus du chauffeur) , places qui auraient pu être sympa si le bus ne s’était pas arrêté tout au long de la nuit au milieu de nulle part pour faire monter et descendre des gens qui s’installaient dans l’allée puis le chauffeur ne refermait pas systématiquement la porte donc nous avions tous les courants d’air… les enfants ont à peu près bien dormi mais avec Camille nous étions épuisés à notre arrivée à Sucre.

En taxi, nous rejoignons le logement de Noelia que nous avions réservé quelques jours auparavant.
Nous sommes accueillis par une jeune femme parlant français dans une très belle maison, nous avons 2 chambres avec salle de bain. La maison a une terrasse qui nous permet d’avoir une très belle vue de Sucre.
Sucre est une ville très différente de La Paz, la population y est déjà beaucoup moins importante. La circulation y est moins dense, les rues sont propres.
De nombreuses façades sont blanches , ce qui donne une belle luminosité dans les rues.

 

    

 

Nous devons passer deux nuits à Sucre, à notre arrivée, Noelia qui travaille pour l’Alliance Français, nous apprend qu’elle accueille Katherine Pancol , jeudi, pour qu’elle présente son livre « Muchachas ».


Nous décidons alors de prolonger notre séjour d’une nuit afin de croiser l’écrivaine dont je viens de relire un livre dans le car nous amenant à Sucre.Nous trouvons cette coincidence très drôle.
De plus , Noelia doit préparer une interview pour Katherine Pancol , je passe un agréablement moment avec Noelia à parler de Muchachas, nous préparons les questions ensemble, j’espère que le résultat sera à la hauteur de ses attentes.
Entre temps, Noelia nous emmène dans un restaurant tenu par un français marié à une bolivienne , il fait des crêpes( les salées sont faites à partir d’un mélange de farine complète et de quinoa). N’hésitez pas à leur rendre visite : Murano, Calle Miguel Grau.

En discutant, nous apprenons que la grande fête de Sucre ( que nous pensions avoir loupé car deroulé le week end précedent selon le guide) a lieu les vendredi et samedi qui arrivent, nous sommes ravis de cette nouvelle et prolongeons donc notre séjour de trois jours.

Noelia ne peut malheureusement pas nous accueillir plus longtemps car elle a une autre réservation.
Camille trouve un hotel en plein centre avec 5 lits et salle de bain commune en plein centre, proche du mercado central.
Le taxi nous dépose devant, dans le hall, la police, la douane sont présents….cela plante le décor…un homme nous emmène à notre chambre qui ne présente que 4 lits….et une petite lucarne , l’ensemble est très sombre, cela ressemble à une cellule….pour une nuit, OK mais pour 3, cela n’est pas possible…nous repartons donc avec nos sacs et nos trois loulous.
Après avoir passé la tête dans plusieurs halls d’hôtel et d’auberge, nous en trouvons un à notre convenance, une chambre sous les toits avec 4 lits, une salle de bain et un wc privé.

Au milieu de la nuit, je suis réveillée par un petit « ploc,ploc », il pleut….dehors mais aussi un peu dans la chambre…
Dès l’après midi, nous pouvons assister au défilé des écoles en costume dans les rues de la ville, chaque groupe a une chorégraphie et représente une partie de la Bolivie.
Nous voyons de jolies robes , chapeaux colorés. Certains sont habillés en mineurs.
La suite demain avec la grande partie des festivités….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *